Présentation

La marque

Logo de Tsubaki Originals

Tsubaki est le nom du camélia en japonais. Mon logo représente une fleur de camélia stylisée. J’ai choisi Tsubaki comme nom pour ma marque pour plusieurs raisons.

Camélia

Une première raison est directement liée à la création cosmétique. L’huile de camélia est utilisée par les japonaises comme huile de soin pour leur peau et leurs cheveux depuis toujours. Cette huile est en effet connue pour ses vertus adoucissantes, régénératrices et assouplissantes. Elle fait partie de la base des rituels de soins. Au Japon, le camélia est une fleur associée à la pureté et à la longévité, très appréciée pour sa discrétion.

Une autre raison est mon goût personnel pour le thé, qui est une variété de camélia. J’ai appris à le déguster très jeune et j’ai beaucoup visité les pays où il est cultivé. Je l’aime de toutes les couleurs, le noir, le vert, le blanc, le jaune et le bleu, je le bois nature ou parfumé, tous les jours. J’accorde le thé avec les saisons, l’heure de la journée, les circonstances dans lesquelles je le bois. Il est pour moi un lien avec la méditation, une source d’inspiration dans la création, que ce soit pour son odeur ou pour sa couleur, et aussi pour ses propriétés et la paix qu’il m’apporte.

La dernière raison est mon gout pour les voyages et les cultures étrangères. Grande voyageuse, je visite régulièrement l’Asie. Pour faciliter mes voyages au Japon, et pour me rapprocher de sa culture qui m’est chère depuis longtemps, j’apprends le Japonais. La lecture des mangas, le visionnage de longs métrages et séries d’animation, de films font partie de mon quotidien. Tsubaki, bien que moins connu que d’autres, étant un nom de fleur, est aussi un prénom assez courant au Japon, c’est donc aussi un nom que l’on retrouve dans ces univers de fiction.

Les débuts

J’ai commencé à m’intéresser à la composition des produits cosmétiques que j’utilisais quand j’ai eu des problèmes de peau il y a déjà longtemps. J’ai cherché à comprendre comment les produits étaient fabriqués, et ce qui différenciait la cosmétique bio de la cosmétique conventionnelle. J’ai appris à lire correctement les étiquettes des produits et à me renseigner sur les différentes certifications bio. C’est par la cosmétique que j’ai amorcé mon tournant vers le bio.

A cette occasion j’ai cherché à apprendre et comprendre les propriétés des ingrédients. Par la suite, les livres que je lisais présentant quelques recettes, j’ai commencé à expérimenter des soins maison ce qui était aussi le meilleur moyen de garantir que je connaissais réellement le contenu des produits que j’utilisais. C’est là que j’ai constaté qu’on obtenait les meilleurs résultats en utilisant directement les matières premières, ou des recettes très simples avec deux ou trois produits. Forte de ce constat, et bien aidée d’un livre passionnant sur les cosmétiques maison offert par une amie pour un anniversaire, je me suis mise à créer des produits simples, avec peu d’ingrédients, pour mon usage quotidien.

Depuis ce temps, je fabrique tous mes produits à froid (ou presque, il est parfois nécessaire de faire fondre certains beurres ou des cires, la température restant très modérée). Je réalise des baumes, des gommages, des masques, des fluides des soins et des colorations capillaires, toujours dans ce même esprit de recherche de douceur, et de simplicité. Je limite au maximum la manipulation, afin de préserver au mieux les propriétés des matières premières.

Il a fini par devenir évident que le dernier produit qu’il me restait à fabriquer était tout simplement mon savon. J’ai commencé à créer mes savons en partant du même principe : peu d’ingrédients, peu de manipulation, préservation des qualités des matières premières. Je m’étais déjà intéressée à la saponification à froid en tant que cliente. La méthode me semblait proche de ce que je souhaitais faire, c’est donc pour cela que je me suis lancée dans cette voie sans hésiter.